Le FBI soupçonné d’espionner des millions d’utilisateurs d’iPhone

Un agent du FBI (BEHAR ANTHONY/SIPA)

HACKER OUVERT 

Des hackers affirment avoir récupéré, grâce à la faille de sécurité dans Java, un fichier du FBI contenant les données privées de 12 millions de personnes.

Un groupe de hackers, se revendiquant du mouvement Anonymous et AntiSec, a annoncé lundi 3 septembre être en possession d’un fichier qui recense les données privées de 12 millions d’utilisateurs d’appareils sous iOS (iPhone, iPad, iPod touch). Plus inquiétant, les pirates affirment que ce fichier provient directement du FBI.

« Au cours de la deuxième semaine de mars 2012, un ordinateur portable Dell Vostro a été piraté », affirment-ils. L’ordinateur serait la propriété de l’agent spécial Christopher Stangl qui officie au bureau new-yorkais du FBI spécialisé dans la « cyber-action ». C’est grâce à la faille de sécurité dans Java 7 que l’intrusion et la récupération du fichier auraient été possibles.

Traquer les propriétaires d’iPhone

Le pirate a donc récupéré un document nommé « NCFTA_iOS_devices_intel.csv ». Ce fichier est en réalité une liste de 12.367.232 identifiants d’appareils fonctionnant sous iOS, le système mobile d’Apple. Il est possible d’y trouver les noms d’utilisateurs, le nom de l’appareil utilisé, le type d’appareil, le code postal de l’utilisateur, le numéro de téléphone portable, l’adresse, voire « plus encore », selon les pirates.

L’acronyme « NCFTA » pourrait faire référence à la « National Cyber-Forensics & Training Alliance » (l’Alliance nationale de cyber-investigation et de formation). Un organisme qui met en commun les ressources des différentes polices américaines et du secteur privé. Il a pour mission « d’identifier, réduire et neutraliser la cybercriminalité ».

Le groupe de hackers soupçonne le FBI d’utiliser ces informations afin de surveiller et pister les propriétaires d’iPhone et d’iPad. Toutefois, les pirates n’ont pas souhaité publier toutes ces informations « brutes » : seul un million d’identifiants, « purgés » de tout élément sensible (comme l’adresse ou le numéro de téléphone), a été révélé « pour prouver la véracité du fichier ».

Le site spécialisé Macbidouille, qui a pu consulter le fichier, évoque « quelques dizaines de milliers d’iPhone et d’iPad » dont des utilisateurs francophones.

Un extrait de la liste publié par le site :

Pour l’heure, le FBI et Apple n’ont pas encore réagi.

Source : Lenouvelobs.com

Publicités

Publié le 4 septembre 2012, dans Société, Théorie du complot, et tagué , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 4 Commentaires.

  1. Bien écoute cela m’étonne absolument pas j’ai créé un topic la dessus sur le contrôle de la population.

  2. D’où l’avantage d’avoir un Samsung de l’ancienne génération. Et oui un téléphone reste un téléphone! 🙂

%d blogueurs aiment cette page :