Le 25 août 1835 le « New York Sun » annonce des « découvertes célestes »

25 août 1835. Le « New York Sun » annonce la découverte d’hommes chauves-souris sur la Lune.

C’est le premier grand canular de la presse : l’annonce de la découverte d’une civilisation lunaire par l’astronome Herschel.

25 août 1835. Le "New York Sun" annonce la découverte d'hommes chauves-souris sur la Lune.

Le 25 août 1835, en page 2 du New York Sun, les New-Yorkais peuvent lire un article intitulé « Découvertes célestes ». Avec stupéfaction, ils apprennent que l’éminent astronome anglais Sir John Herschel, disposant d’un tout nouveau télescope ultra-puissant, a observé sur la Lune des arbres, des océans bordés de plages, des chèvres, des bisons, des pélicans et même une ville peuplée d’hommes chauves-souris.

Le quotidien s’arrache, les lecteurs ne peuvent croire à cette incroyable révélation. C’est autre chose que les grattouillages du sol martien par le rover Curiosity à la recherche de « traces de vie ». L’auteur du scoop explique qu’il ne fait que recopier un article publié par un journal scientifique d’Édimbourg. Celui-ci est signé par le docteur Andrew Grant qui prétend avoir accompagné en janvier 1834 le célèbre astronome en Afrique du Sud, au cap de Bonne-Espérance, pour y essayer un nouveau type de télescope hyper-puissant.

Le New York Sun publie ainsi six articles qui multiplient les descriptions fantastiques. Notamment celle de chimères hommes chauves-souris.

« Nous avons dénombré trois groupes de ces créatures, de douze, neuf et quinze chacun, marchant debout en direction d’un petit bois… Véritablement, elles ressemblent à des êtres humains, car leurs ailes ont maintenant disparu et leur attitude en marchant est à la fois droite et digne… Leur taille moyenne est de 1,20 mètre, elles sont recouvertes, à l’exception de leur visage, de poils brillants de couleur cuivrée, et elles possèdent des ailes constituées d’une fine membrane, sans poil, reposant sur leur dos depuis le sommet des épaules jusqu’à leurs mollets. La figure, d’une couleur jaunâtre, est celle d’un orang-outang améliorée… »

« Philosophe chrétien »

D’après l’auteur, l’astronome observe encore un temple bâti en saphir recouvert d’un toit jaune ressemblant à de l’or. Et ainsi de suite. Chaque jour, les lecteurs se précipitent sur la livraison quotidienne du Sun, complètement accros à l’histoire. Mais le septième jour, déception, ils apprennent qu’un incendie ayant endommagé le télescope, les observations ont cessé.

Bien entendu, on l’aura compris, cette histoire relève d’un merveilleux canular journalistique. Exactement un siècle avant celui d’Orson Welles qui décrit, à la radio, une invasion martienne de la Terre. L’auteur du canular semble en être le journaliste Richard A. Lock, bien qu’il ne l’ait jamais avoué officiellement. Son intention première est probablement de publier une histoire sensationnelle pour augmenter les ventes du journal, mais il y a également une volonté de sa part de ridiculiser certaines théories astronomiques publiées à l’époque.

Comme la prétendue observation de bâtiments colossaux sur la Lune par un professeur d’astronomie de Munich. Ou encore celles du révérend Thomas Dick, se faisant appeler le « Philosophe chrétien », qui a calculé que le système solaire abrite 21 891 milliards d’habitants dont 4,2 milliards pour la seule Lune. S’il y en a un pour ne pas goûter le sel de la plaisanterie, c’est Edgar Allan Poe qui accuse le « great moon hoax » (le grand canular de la Lune ) d’être un plagiat de son propre canular publié deux mois auparavant dans le Southern Literary Messenger et intitulé Aventure sans pareille d’un certain Hans Pfaall. C’est l’histoire d’un jeune homme parti de Rotterdam en ballon pour débarquer sur la Lune parmi les Sélénites. Une nouvelle considérée comme l’un des premiers récits de science-fiction.

Menteurs !

L’astronome Herschel, qui existe bel et bien, s’est d’abord amusé du canular en expliquant que ses observations personnelles ne pourraient jamais être aussi amusantes. Mais à la longue, voyant que de nombreuses personnes tombaient dans le panneau, il a commencé à être ennuyé de voir son nom mêlé à cette plaisanterie.

Plus amusant : une société de missionnaires se serait renseignée pour envoyer quelques-uns des siens sur la Lune. Mieux, une commission de scientifiques de Yale débarque un beau jour à New York pour demander au Sun de jeter un coup d’oeil sur les documents originaux. La direction la balade entre la rédaction du journal et l’imprimerie. Les savants finissent par rentrer à Yale, dégoûtés. .

Les journaux rivaux, envieux du succès du Sun, se mettent à leur tour à publier des comptes rendus de l’observation scientifique, affirmant avoir eu, eux aussi, accès aux documents originaux. Menteurs ! Mais les voilà bien embêtés quand le New York Sun avoue la supercherie le 16 septembre 1835.

Aux dernières nouvelles, il paraît que la Nasa aurait déposé un rover de 900 kilos sur Mars. Il est temps de révéler que, là encore, c’est une grosse plaisanterie.

Source : Lepoint.fr

Publicités

Publié le 26 août 2012, dans Non classé, et tagué , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Commentaires fermés sur Le 25 août 1835 le « New York Sun » annonce des « découvertes célestes ».

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :