Fonte record au Groenland : il a fait 39 degrés au soleil

La fonte record de la calotte glaciaire au Groenland inquiète les scientifiques. Celle-ci pourrait atteindre son niveau le plus bas d’ici quelques semaines. Silverio Scivoli, directeur de l’agence touristique « Ilulissat Tourist Nature » sur l’île depuis 30 ans, décrit les conséquences de ce réchauffement climatique sur son activité.

Groenland

 La baie de Disko, au sud-ouest du Groenland (crédit : AUDE BARON)

GROENLAND. 39 degrés au soleil et 22 degrés à l’ombre en mai : on n’avait jamais vu de telles températures auparavant. À Ilulissat, ville située sur la côte ouest du Groenland, nous sortons régulièrement en short et T-shirt. Nous avons très chaud…

D’origine italienne, je suis arrivé au Groenland dans les années 1980. Pendant 10 ans, les températures étaient plutôt stables, avec un été à 15 degrés en moyenne, mais depuis plusieurs années le climat se réchauffe et l’on se retrouve avec des étés à plus de 30 degrés!

« Boum » : ce sont des icerbergs qui se détachent

Qui dit climat plus chaud dit températures également plus élevées dans l’eau et, par conséquent, une fonte des glaciers beaucoup plus rapide, comme celle que nous avons connue au mois de juillet. Lorsque l’on se promène dans les fjords, on entend régulièrement des grands « boum » au loin : ce sont des icebergs qui se détachent et se propagent sur la côte.

L’année dernière, les icerbergs étaient suffisamment massifs pour ne pas gêner la navigation, mais ils ont aujourd’hui fondu, se décomposant en petits blocs qui occupent toute la surface de l’eau. Mon agence dispose de bateaux suffisamment gros et puissants pour que nous puissions continuer nos excursions sans danger, mais la navigation reste difficile et se fait beaucoup plus lentement.

Groenland
Sur les côtes d’Ilulissat (crédit : AUDE BARON)

Le risque existe surtout pour les kayaks et c’est pourquoi je dis toujours aux touristes de faire très attention. Nombreux sont ceux qui veulent explorer la calotte glaciaire et escalader les icebergs. Or, bien que ces derniers puissent sembler stables, ils peuvent se détacher d’un instant à l’autre, on ne peut jamais se fier à la solidité d’un glacier.

Peut-être plus d’icebergs d’ici dix ans 

Nous avons nous-mêmes dû nous adapter au réchauffement climatique. Avant, tous les fjords étaient gelés. On pouvait facilement organiser des excursions de plus d’une semaine en chiens de traîneaux, et on allait d’Ilulissat à Ilimanaq, à environ 250 kilomètres au nord, sans rencontrer le moindre problème. Aujourd’hui, une telle excursion n’est plus imaginable et bien trop dangereuse. Nous ne partons donc plus que trois, quatre, cinq jours grand maximum.

Je connais beaucoup de scientifiques qui viennent ici pour étudier la fonte des glaces. Ils nous disent que, si la situation continue à se dégrader, il n’y aura peut-être plus du tout d’icebergs d’ici dix ans. Des glaciers qui étaient auparavant à 1.000 mètres de profondeur sont remontés à 500 mètres en l’espace de peu de temps. S’ils parviennent à la surface, leur fonte sera inéluctable.

En attendant, on ne peut que se préparer au changement. Les habitants du Groenland connaissent la nature, ils y sont habitués. Nous continuons à pêcher, à naviguer, tout en prenant en compte les nouvelles contraintes. Ces analyses scientifiques sont passionnantes, mais elles ne pourront pas changer le cours de choses. C’est la nature qui a toujours le dernier mot. À nous de savoir nous y adapter.


Avatar de Silverio Scivoli

Par Silverio Scivoli
Guide touristique au Groenland

Propos recueillis par Rozenn Le Carboulec pour Lenouvelobs.com

Publicités

Publié le 23 août 2012, dans Planète et Nature, et tagué , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

%d blogueurs aiment cette page :