Une inter-communication des tremblements de terre ?

Les tremblements de terre  »communiquent-ils entre eux et se déclenchent-ils mutuellement sur de grandes distances ?

Dans le passé des scientifiques ont émis que quelque chose d’inconnu avait déclenché  »un terrible effet domino mondial ».

Certains chercheurs suggèrent qu’il pourrait y avoir une relation entre les grands séismes mondiaux. D’autres soulignent qu’il n’y a pas de lien et que les séismes ne se déclenchent pas mutuellement. L’ensemble pourrait très bien être le résultat du hasard.

La dernière décennie a été en proie depuis 2004 à ce qui ressemble à un groupe d’importants séismes, avec Sumatra, le Chili, Haïti et le Japon.

La dévastation occasionnée par chacun de ces séismes des années 2000 a suscité une intense couverture médiatique et nécessité une reconstruction considérable et une remise en état économique.

Un intense intérêt pour les tremblements de terre a conduit certaines personnes à se demander si nous vivons au milieu d’un  »âge de grands séismes », semblable à la ribambelle de séismes des années 60.

Il est important de savoir si ces groupes de séismes surviennent par un déclenchement dû à de gros séismes autour du monde, disent Parsons et Geist de l’USGS, pour prédire si d’autres secousses très destructrices pourraient être en route.

Pour déterminer si les groupes de séismes des années 60 et 2000 peuvent être dus au hasard, les chercheurs ont observé le timing entre les plus importants séismes mondiaux – magnitude 8,3 et au-dessus – sur des intervalles d’un an durant les 100 dernières années.

Ils ont comparé des listes fictives de gros séismes et une liste de séismes réels durant cette période avec les intervalles entre séismes auxquels on pouvait s’attendre selon un processus aléatoire.

Les intervalles entre les gros séismes réels sont semblables à ce qu’on attendrait d’un processus aléatoire, ont-ils découvert. En d’autres mots, le risque mondial de gros séismes est constant dans le temps. Sauf en cas de répliques, la probabilité de la venue d’un nouveau gros séisme n’est pas reliée aux séismes mondiaux passés.

Photo aérienne de la faille de San Andreas dans la plaine de Carrizo, au nord-ouest de Los Angeles

Ce pourrait être une nouvelle décevante pour les chercheurs qui pensaient qu’une communication mondiale entre les séismes pourrait offrir un moyen de prédire une activité sismique plus sévère. Mais ce sont peut-être de bonnes nouvelles après dix ans de destruction.

Si les grands tremblements de terre mondiaux surviennent au hasard, dit l’auteur, alors un nombre précis de séismes qui se regroupent dans un temps court ne va probablement pas se répéter de la même manière sur une période d’un siècle.

De plus, si les séismes communiquaient à distance, après un grand séisme, la planète toute entière deviendrait alors le terrain d’une immense réplique.

MessageToEagle,com s’est basé sur une information fournie par la Société Sismologique américaine.

SOURCETraduit par Hélios Bistrobarblog.fr
Publicités

Publié le 7 août 2012, dans Planète et Nature, et tagué , . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. Je ne pense pas que les séismes viennent pas hasards mais il a déjà parcontre fait mention que certains peuvent être provoquer par l’homme

%d blogueurs aiment cette page :