Saturne : des formes de vie sur Encelade?

La NASA vient d’annoncer que des formes de vie similaires à celles de la Terre pourraient se développer sur Encelade, un des satellites de Saturne…

Encelade / Nasa

Depuis que l’homme s’intéresse à l’univers qui l’entoure, il espère rencontrer un jour une forme de vie extraterrestre…

Jusqu’à présent, c’est Mars et ses reliefs rouges qui ont concentré l’essentiel des explorations spatiales. Oubliez Mars et faites connaissance avec Encelade. Cette petite lune glacée, sixième satellite de Saturne passionne les scientifiques. D’à peine 500km de diamètre,  la petite lune d’Encelade pourrait bien constituer la meilleure chance de découvrir une nouvelle forme de vie dans notre système solaire, selon le Guardian.

Pour le professeur astrobiologiste Charles Cockell de l’université d’Edimbourg, aucune hésitation. Il confie à The Guardian:

«Si quelqu’un me donnait plusieurs milliards de dollars pour construire la sonde spatiale que je voulais, je n’aurais aucune hésitation, je voudrais en construire une qui puisse aller jusqu’à Saturne et recueillir des échantillons à partir d’Encelade.»

Encelade est l’une des nombreuses lunes de Saturne – Crédit Nasa

Les bactéries et autres formes de vie pourraient exister sur d’autres planètes mais sont probablement enfouies profondément sous la surface et seraient donc difficile d’accès. Pour l’astrobiologiste, «sur Encelade, s’il y a une forme de vie, elle sera plus facile à prélever». 

Les rayures de tigre sont présentes sur la totalité de la surface d’Encelade. L’eau
ruisselle à travers ces fissures jusqu’au pôle sud. (Crédits: NASA)

Découverte en 1789 par William Herschel, elle a été l’objet d’analyse de la sonde Cassini pendant huit ans. Les résultats sont édifiants: la petite lune a non seulement une mince atmosphère constituée de vapeur d’eau, de dioxyde de carbone, de méthane et d’azote, mais également des geysers d’eau contenant des composés organiques complexes, avec du  propane, de l’éthane, et de l’acétylène.

Selon Futura Sciences, ces immenses geysers (ils s’élèvent à une hauteur équivalente à trois fois le diamètre d’Encelade) prouveraient l’existence d’un immense lac souterrain maintenu liquide grâce à la chaleur interne de la lune.

Ces fissures pourraient mener à une zone d’habitat propice au développement de certaines formes de vie – Crédit Nasa

Cité par The Guardian, Chris McKay, astrobiologiste de la Nasa, ne peut rêver meilleure situation:

«Il y a de l’eau liquide, de la matière organique et une source de chaleur. Il est difficile de penser à quelque chose de plus séduisant excepté recevoir un signal radio à des habitants d’Encelade qui nous disent de venir les chercher.» 

Mais pour l’instant, une difficulté, et pas des moindres, empêche les chercheurs de récupérer des échantillons: la distance. La sonde Cassini a pris près de sept ans pour rejoindre Encelade après son lancement de Cap Canaveral en 1997.

Une fois sur place, plusieurs années seraient nécessaires pour recueillir des échantillons d’eau et de matières organiques. Puis la navette mettrait sept ans à nouveau pour revenir sur Terre. En comptant les dix années permettant de planifier, construire et lancer la sonde, une telle mission impliquerait trente ans, soit une carrière entière de scientifique.

Et les martiens dans tout ça?

Si cette planète enthousiasme les chercheurs, Mars est celle qui, depuis toujours, retient leur attention. Beaucoup de scientifiques sont persuadés que la vie a bel et bien existé sur cette planète il y a des milliards d’années. The Philadelphia Enquirer cite notamment des lits de rivières asséchés et des plaines inondables observés à la surface de la planète.

La mission Mars Pathfinder en 1997 a trouvé des preuves d’inondations passées massives, durant laquelle l’eau a formé des blocs de pierres autour du site d’atterrissage. Les scientifiques ne savent pourtant pas exactement quelle quantité d’eau coulait sur Mars, quelle était la température ou quel genre d’atmosphère existait.

Personne ne sait vraiment ce qui a rendu Mars aussi sèche. Pour John Grotzinger, paléonthologue du Massachusetts Institute of Technology:

«Nous ne savons pas ce qui s’est passé, mais nous savons que c’était quelque chose de grand.»

Photos: Encelade / Nasa
Sources :
Publicités

Publié le 31 juillet 2012, dans Astronomie-Espace, Ufologie et Vie E.T., et tagué , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Commentaires fermés sur Saturne : des formes de vie sur Encelade?.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :