Quand des dauphins font bande à part

Les dauphins qui utilisent des éponges de mer comme outils pour chasser semblent former des clans, montre une étude publiée mardi dans Nature Communications, suggérant qu’à l’instar des hommes, ces animaux préfèrent s’associer avec des individus qui partagent la même sous-culture.

Ces résultats, basés sur 22 années d’observation, fourniraient ainsi la première preuve connue de comportement culturel dans le règne animal, indiquent les chercheurs de l’Université de Georgetown à Washington.

Ils ont étudié un groupe de dauphins de la baie Shark, en Australie, dont certains ont pris l’habitude de se recouvrir le rostre d’une éponge de mer, comme protection pour explorer le fond de l’océan et en déloger leurs proies.

Les scientifiques ont constaté que ces dauphins outillés d’éponges forgeaient des liens plus étroits avec leurs congénères maîtrisant la même technique de chasse qu’avec les autres dauphins.

« Comme les humains, qui s’associent de préférence avec ceux qui partagent leur sous-culture », soulignent les chercheurs, pour qui ce constat « suggère fortement que l’utilisation de l’éponge comme outil est un comportement culturel ».

Les dauphins qui utilisent une éponge comme instrument « passent beaucoup de temps à chasser, ont tendance à être solitaires, mais ils n’hésitent pas à se retrouver quand ils le peuvent. Vous pouvez les considérer comme des dauphins +bourreaux de travail+ qui préfèrent se retrouver avec d’autres +bourreaux de travail+ », explique Janet Mann, une des scientifiques.

L’étude s’inscrit dans le cadre d’un travail de recherches en cours pour faire la preuve d’une culture animale – définie grossièrement comme une forme d’apprentissage social qui établit une distinction entre des groupes.

Normalement, lorsque certains membres d’un groupe d’animaux développent l’utilisation d’un outil, le reste du groupe en fait également l’apprentissage, comme les chimpanzés qui utilisent des bâtons pour attraper les termites dans leurs nids ou les éléphants qui chassent les mouches avec des branchages.

Dans le cas des dauphins outillés d’éponges de la baie Shark, la pratique reste limitée à un petit sous-groupe, représentant moins de 5% d’une population de 3.000 individus, principalement des femelles.

Aucun autre exemple de sous-culture n’a jamais été montré en dehors de l’espèce humaine, selon les chercheurs.

Source : AFP

Publicités

Publié le 31 juillet 2012, dans Planète et Nature, et tagué , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. Intéressant. La Baie de la Honte est un documentaire qui montre ce que les hommes font avec les dauphins.

    http://histoirenondite.wordpress.com/2012/08/02/la-baie-de-la-honte-2009-louie-psihoyos/

    • Bonjour et merci. Votre site est intéressant ainsi que votre article sur la cause des dauphins que je défends
      et c’est à ce titre que je laisse le lien dans votre commentaire.
      Bonne continuation et à bientôt!

%d blogueurs aiment cette page :