Quand la conquête des astéroïdes commence sous l’eau

Base NEEMO Aquarius

Les astronautes (Anglais), spationautes (Français) et autres cosmonautes (Russes) s’entraînent aux missions spatiales depuis des décennies sous l’eau. En ce début de XXIe siècle, comme en prélude à la conquête de Mars, la Nasa et l’Esa se préparent à explorer les astéroïdes avec la mission Neemo, des simulations sous la surface de l’océan Atlantique.

 Les astronautes s’entraînent depuis longtemps, en piscine, à effectuer des missions extravéhiculaires dans l’espace.

Des aquanautes de la mission Neemo 14 au fond de l'océan Atlantique. La base sous-marine Aquarius est visible en haut à gauche de l'image.
Des aquanautes de la mission Neemo 14 au fond de l’océan Atlantique. La base sous-marine Aquarius est visible en haut à gauche de l’image. © Nasa

Neemo, une mission sur un géocroiseur à 15 millions de kms.

Il n’est donc guère surprenant que des astronautes, en l’occurrence des aquanautes, se retrouvent périodiquement à 20 m de profondeur non loin des côtes de la Floride pour simuler les conditions de l’exploration et de l’exploitation des astéroïdes.

Plus de 80 personnes, dont des ingénieurs et des plongeurs, nécessaires aux missions Neemo, ont donc permis à des astronautes de la Nasa et de l’Esa de vivre pendant 12 jours sous la surface de l’océan comme s’ils étaient à 15 millions de km de la Terre.


Des aquanautes en pleine simulation de travaux dans l’espace à la surface d’un astéroïde dans le cadre de la mission Neemo 16. Paradoxalement, si les objets sont moins lourds dans ces conditions, le travail est plus difficile que sur Terre. © mwidic, YouTube

Quinze millions de kilomètres, cela correspond à 39 fois la distance de la Terre à la Lune, une communication radio met environ 50 secondes pour rejoindre un vaisseau spatial à cette distance. Un message de réponse de l’équipage mettrait encore 50 secondes pour atteindre la Terre. Les échanges entre les aquanautes et les membres de Neemo en surface étaient donc retardés de cet intervalle de temps afin de rendre réaliste le déroulement des missions. Le but étant de repérer les problèmes que l’on peut rencontrer avec ces délais et d’apprendre à s’y adapter.


D’autres images d’aquanautes en train de simuler l’exploration d’un astéroïde par 20 m de fond. © COEDmagazine, YouTube

Les aquanautes ont passé des heures à simuler des sorties dans l’espace, se comportant comme des géologues ou des prospecteurs de minerais enquêtant sur le terrain à la recherche d’échantillons à extraire. Des tests de techniques d’extraction étaient bien sûr au programme. Dans l’espace, en effet, en impesanteur, même les tâches les plus simples doivent être pensées dans le détail. Par exemple, un astronaute arrachant un morceau d’astéroïde doit se tenir à un objet fixe, pour ne pas risquer de s’envoler en quittant le petit corps céleste du fait de sa très faible gravité.

Malgré la faible profondeur, une fois la mission effectuée, les aquanautes doivent attendre 17 heures avant de remonter en surface, afin d’éviter des accidents de décompression. La dernière mission Neemo s’est terminée en juin 2012. Bill Todd, un ancien responsable du programme Neemo, fait aujourd’hui partie de l’équipe de Sea Orbiter d’un vaisseau d’exploration océanique sur de très longues durées.

Par Laurent Sacco, Futura-Sciences / (extrait d’article)

Notes : Neemo : NASA Extreme Environment Mission Operations / NEEMO sur Nasa.gov/D’autres photos sur planetemars.com

Publicités

Publié le 30 juillet 2012, dans Astronomie-Espace, et tagué , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Commentaires fermés sur Quand la conquête des astéroïdes commence sous l’eau.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :