Au plus près des étoiles, grâce à un télescope géant français

Une équipe de l’Observatoire de Haute-Provence a mis au point un prototype qui doit permettre la construction du plus grand télescope au monde pour observer les exo-planètes.

Kepler 11 - planète - espace - étoile Le télescope spatial américain Kepler a découvert 6 planètes gravitant autour de l’étoile Kepler 11. © NASA/Tim Pyle

Observer la surface des étoiles,  c’est le projet « Carlina », démarré en 2002, sur lequel travaille une équipe de l’Observatoire de Haute-Provence, dans les Alpes de Hautes Provence. Un prototype a été mis au point par les astronomes qui permettrait de construire dans l’avenir le plus grand télescope du monde.

Le prototype s’appuie sur une technique inédite: un réseau de miroirs de 25 centimètres espacés les uns des autres, à même le sol. Au-dessus de ces miroirs, une nacelle équipée d’une caméra et portée par des câbles tendus par un ballon à hélium.

L’ensemble doit être aligné au millimètre près. Pari réussi fin 2011, l’équipe ayant « réussi à régler au micron (un millième de millimètre, NDLR) les miroirs sous l’optique« , explique Hervé Le Coroller, astronome et responsable scientifique du projet. Grâce à ce système de petits miroirs, chacun beaucoup plus léger que les  volumineux verres d’un bloc utilisés dans les télescopes classiques, il juge possible la construction, dans les prochaines années, d’un télescope géant, doté d’une résolution unique au monde, équivalente à celle d’un télescope de l’ordre de 100 m, voire plus encore (500 m à 1 km) dans un futur plus lointain. « Les plus grands télescopes au monde, comme au Chili (VLT) ou à Hawaï (Keck), possèdent des miroirs d’environ 10 mètres de diamètre. Ils voient la plupart des étoiles comme des points« , précise Hervé Le Coroller.

Ce télescope de 100 m permettra aux scientifiques de voir des exo-planètes, des régions proches du trou noir au centre de notre galaxie mais également la surface des étoiles qui sont à quelques années lumières de notre solei, d’après l’astronome. »On peut même imaginer une version spatiale qui permettrait en l’occurrence de voir les surfaces des planètes hors de notre système solaire et d’observer, pourquoi pas, des mers, des continents, des traces de vies« , se prend à rêver Julien Dejonghe, ingénieur responsable technique du projet. Une dizaine de sites en région Provence-Alpes-Côte d’Azur, situés entre Nice, Marseille et Briançon, ont été présélectionnés pour accueillir ce futur télescope.

Source : TF1.fr

Vidéo trouvée sur le site obs-Carlina

Publicités

Publié le 22 mars 2012, dans Astronomie-Espace, et tagué , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. c’est un reve que j’espere qu’un jour sera une réalité d’aller dans un observatoire pour voir les étoiles

  2. Attendons avec impatience Carlina

%d blogueurs aiment cette page :