Résistance aux médicaments : vers la fin de la médecine moderne ?

L’Organisation mondiale de la santé tente d’alerter le monde entier des dangers de la résistance des pathogènes aux antimicrobiens. Selon sa directrice générale, Margaret Chan, une angine ou une infection consécutive à un genou écorché pourraient même redevenir mortelles. La situation est-elle si mal engagée ?

Les mots font peur. Mais pour Margaret Chan, directrice générale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), il faut à tout prix agir. Agir contre la résistance microbienne aux médicaments, ce qui pourrait nous obliger à nous pousser vers « la fin de la médecine moderne telle que nous la connaissons ».

Lors d’une conférence donnée à Copenhague face à des experts de l’Union européenne, elle a tenu à rappeler les enjeux de ce fléau. Les antimicrobiens courants deviennent de moins en moins utiles, les thérapies de remplacement sont plus onéreuses et nécessitent des périodes de traitements plus longues pour aboutir à un effet identique.

Pour insister sur l’urgence de la situation, Margaret Chan prévient que « des événements aussi anodins qu’une infection à streptocoque ou un enfant qui s’égratigne le genou pourraient redevenir mortels », étant donné le vide thérapeutique auquel nous risquons d’être confrontés.

Lire la suite sur futura-sciences.com (Par Janlou Chaput, Futura-Sciences)

Publicités

Publié le 20 mars 2012, dans Santé-Alimentation, et tagué , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Commentaires fermés sur Résistance aux médicaments : vers la fin de la médecine moderne ?.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :