Une planète trop peuplée en 2050?

Une planète trop peuplée en 2050? Peur infondée pour le démographe Hervé Le Bras

PARIS – La planète n’a-t-elle vraiment pas les moyens de subvenir aux besoins des 9 milliards d’humains attendus en 2050? Cette peur grandissante est infondée pour le démographe français Hervé Le Bras qui juge que l’accès à la nourriture ou à l’eau est d’abord une question de partage.


Cette peur fait partie d’une argumentation idéologique des pays riches pour ne pas considérer les problèmes chez eux et les rejeter sur les pauvres, affirme à l’AFP l’auteur de Vie et mort de la population mondiale (éditions Le Pommier), ouvrage qui ressort vendredi dans une version actualisée.

Alimentation, accès à l’eau et aux ressources énergétiques: la planète paraît toujours plus étriquée pour répondre aux besoins croissants d’une population mondiale passée de 2 milliards en 1930 à 4 milliards dans les années 1970 pour franchir fin 2011 le cap de 7 milliards, selon les prévisions de l’ONU.
Une hausse qui devrait se poursuivre jusqu’au milieu du 21e siècle avec des projections moyennes tablant sur 9,3 milliards de Terriens vers 2050.

Mais il y a une hypothèse basse intéressante qui amène le monde à 8 milliards avec un plafonnement, relève Hervé Le Bras, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) à Paris.
L’idée commence à se faire que la population atteindrait un maximum dans un délai pas tellement lointain, remarque ce spécialiste reconnu des questions démographiques.

Et ce qui est intéressant, c’est l’évolution du taux de croissance de la population: depuis 1970, ce taux diminue régulièrement. Il était de 2,1% par an en 1970, son maximum, et est maintenant d’environ 1%, note-t-il, rappelant la difficulté d’anticiper précisément les évolutions en la matière.

Lire la suite de l’article sur : romandie.com

Publicités

Publié le 16 mars 2012, dans Planète et Nature, Société, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. la planete serait apte a recevoir encore plus de personnes .. si les richesses serait mieux partager et si on arreterais de gaspiller

  2. Hervé Le Bras : « Peur grandissante et infondée de subvenir aux besoins des 9 milliards d’humains attendus en 2050 » et plus loin « Mais il y a une hypothèse basse intéressante qui amène le monde à 8 milliards avec un plafonnement »…
    Si c’est infondé, pourquoi parler d’une hypothèse intéressante ? M. Le Bras est décidément plein de contradictions : on peut nourrir et subvenir aux besoins de 9 milliards de personnes, mais ce serait tout de même mieux de n’être que 8 milliards…
    Pour arriver à cette hypothèse basse effectivement moins périlleuse, il faut s’en donner les moyens comme le préconise le plaidoyer qui (j’espère) est accessible grâce au lien sur mon nom.

%d blogueurs aiment cette page :