Le séisme au Japon retranscrit en ondes sonores

Des chercheurs de l’université de Georgia Tech ont converti sous forme audio les ondes sismiques enregistrées au large de Fukushima.

Écouter le terrible bruit du séisme de Fukushima tel qu’il a été au plus près de la côte japonaise et ses répercussions ailleurs dans le monde, c’est ce que propose Zhigang Peng, professeur associé à l’université Georgia Tech qui a converti les ondes sismiques en ondes sonores. Ce travail vient d’être publié dans la dernière revue Seismological Research Letters (mars-avril).

Le sismographe du séisme au Japon enregistré depuis Strasbourg en France.Crédits photo : FREDERICK FLORIN/AFP

«Les gens peuvent entendre le début du séisme et les changements d’amplitudes tout en regardant sur des graphiques les changements des fréquences sismiques», explique le scientifique qui ajoute: «On peut rapprocher les signaux du tremblement de terre à des sons plus familiers tel que le tonnerre, la fabrication de pop-corn et des feux d’artifice».

Certaines mesures ont été prises le long de la côte japonaise entre Fukushima (près du site nucléaire) et Tokyo. Les plaques terrestres ont glissé sur des douzaines de mètres, des ajustements qui continueront durant des années.

Ce tremblement de terre a eu des répercussions à des milliers de kilomètres. Des répercussions ont ainsi été perçues dans la faille San Andreas au large de la Californie. Ces bruits ont été accélérés d’un facteur 100. Cela permet notamment d’entendre en quelques secondes des bruits qui ont eu lieu sur plusieurs minutes, voire heures.

Publicités

Publié le 7 mars 2012, dans Planète et Nature, Sciences-Technologies, Société, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. Commentaires fermés sur Le séisme au Japon retranscrit en ondes sonores.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :