Médicaments génériques : la controverse

Les médicaments génériques : pas automatiques non plus?

Dans un contexte de régression des ventes des médicaments génériques, l’Académie nationale de médecine nourrit la controverse en recommandant la prudence dans leur utilisation. Elle souligne que le générique «n’est pas la copie conforme» du médicament original.

Les fabricants de génériques ont vendu en France 614 millions de boîtes en 2011, un volume en baisse de 3% par rapport à l’année précédente.

Selon les industriels du secteur, ce recul s’explique pour partie par le «développement de l’usage de la mention « non substituable» sur les ordonnances». Le taux de substitution de médicaments originaux (dits médicaments princeps) par des génériques est ainsi passé en 2011 sous le seuil des 70%, après avoir atteint plus de 80% en 2009, relèvent les industriels.

Dans un rapport récent, établi par le Pr Charles-Joël Menkès, l’Académie de médecine prend position sur ce point particulier, soulignant que «la demande de non substitution, médicalement justifiée doit être obligatoirement respectée par le pharmacien».

Si l’Académie ne s’oppose pas à la prescription et à la délivrance des génériques en général, le rapport nuance, pour certains d’entre eux, les garanties apportées par les instances officielles.

«La bioéquivalence entre produit référent et générique ne signifie pas qu’il y a automatiquement une équivalence thérapeutique, en particulier lors de la substitution d’un générique par un autre», écrit ainsi le Pr Menkès, rhumatologue et ancien membre de la Commission d’Autorisation de mise sur le marché (AMM). De plus l’Académie souligne que les autres substances entrant dans sa composition (les excipients) peuvent être différents.

Source : ladepeche.fr  , si le sujet vous intéresse d’autres infos sur lepoint.fr

Publicités

Publié le 28 février 2012, dans Santé-Alimentation, et tagué , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Commentaires fermés sur Médicaments génériques : la controverse.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :