La Niña « proche de son maximum »

La Niña « proche de son maximum »

© afp

Le phénomène climatique de la Niña, réapparu dans le Pacifique tropical en août dernier, est « proche de son maximum » mais les experts ne parviennent pas à définir quel sera le scénario après le mois de mai, a annoncé vendredi l’Organisation météorologique mondiale (OMM).

© afp
© afp
© reuters

Un épisode La Niña d’intensité faible à modérée persiste dans le Pacifique tropical depuis octobre 2011. « Cet épisode devrait persister jusqu’en mars, voire mai 2012 », indique l’OMM dans ses dernières estimations. « Au-delà du mois de mai toutefois, on ne sait pas très bien comment va évoluer la situation dans l’océan Pacifique, aucun scénario – El Niño, La Niña ou conditions neutres – n’étant considéré comme plus probable que les autres », prévient l’organisation.

Alors que La Niña se caractérise par des températures de surface de la mer anormalement basses dans le centre et l’est du Pacifique tropical, à l’inverse, El Niño se caractérise par des températures de surface de la mer anormalement élevées.

Les spécialistes considèrent que les épisodes El Niño et La Niña font partie des principaux facteurs qui influent sur les régimes climatiques dans de nombreuses régions du monde. La Niña peut ainsi amener de fortes pluies, notamment en Indonésie, en Malaisie et en Australie, ainsi que des épisodes de sécheresse en Amérique du Sud.

En 2008, La Niña avait été rendue responsable de températures glaciales qui avaient fait des dizaines de victimes à travers l’Europe. Le phénomène météorologique n’est en revanche pas responsable de la vague de froid qui a tué plusieurs centaines de personnes ces derniers jours en Europe, a indiqué à l’AFP une porte-parole de l’OMM.

(belga)

Publicités

Publié le 10 février 2012, dans Planète et Nature, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. Commentaires fermés sur La Niña « proche de son maximum ».

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :