Un message codé dans « Shining »

Kubrick a réalisé Shining comme un message codé nous révélant le secret d’Appollo 11

Kubricks-Odyssey-Part-One

  • Weidner affirme que c’est Kubrick qui a tourné les images du film de l’alunissage de 1969 diffusé par la NASA (bon là, rien de nouveau dans la théorie, sinon que Weidner insiste sur le procédé technique utilisé : la projection frontale, comme dans la séquence d’introduction de 2001, l’Odyssée de l’espace)

  • Kubrick a réalisé Shining comme un message codé nous révélant le secret de sa participation à la supercherie d’Apollo 11.

C’est l’analyse des indices qu’aurait cachés le metteur en scène dans son film d’horreur qui est véritablement stupéfiante (exposé de la thèse en anglais ici). Sans vouloir trop dévoiler les idées de Weidner (le documentaire qu’il a réalisé est à voir absolument, pour l’expérience bluffante qu’il propose), voici les grandes lignes de sa théorie :

  • Les personnages de Jack (l’écrivain) et Danny (son fils) représentent les deux facettes de Stanley Kubrick : d’un côté, Jack, le pragmatique, prêt à faire des sacrifices pour réussir à percer grâce à son art ; de l’autre, Danny, l’intuitif, le véritable artiste, qui voit plus loin que les autres et ne sait pas se taire

  • La responsabilité de Jack de s’occuper de l’hôtel Overlook (construit sur un cimetière indien) au cours d’un hiver rigoureux symbolise l’accord passé par Kubrick pour protéger les Etats-Unis (nés du massacre d’Indiens…) pendant la Guerre froide (les différentes images d’ours apparaissant dans le film renvoient à l’URSS)

  • Jack accepte la transaction non seulement pour pouvoir s’adonner à son art sans contrainte, mais aussi parce qu’il espère intégrer les rangs de l’élite, la société des grands de ce monde (tout comme son prédécesseur, Mr. Grady, dont on découvrira bientôt que, malgré les sacrifices consentis, il reste le serviteur des puissants)

  • La chambre 237 (soit, à peu de choses près, la distance moyenne, en milliers de miles, entre la Terre et la lune), dont il nous est dit qu’elle n’ « existe pas », illustre le mensonge de la mission Apollo 11 (les sœurs jumelles fantômes, assassinées dans les couloirs de l’hôtel, sont l’image du programme Gemini – les Gémeaux – abandonné par la NASA au profit d’Apollo !)

  • Jack travaille précisément sur ce projet Apollo : le texte qu’il tape indéfiniment sur sa machine à écrire n’est pas à lire « All work and no play make Jack a dull boy » (« trop de travail et pas de plaisir font de Jack un triste sire ») mais, en prenant en compte la police de caractères utilisée, « A11 (Apollo 11) and no play make Jack a dull boy »

  • Comment Stanley Kubrick a mis en scène les voyages d’Apollo sur la lune :

  • Lire la suite sur :

http://www.desillusions.fr/2012/01/shining-le-da-kubrick-code/traduction Fred Peyrache

 

Publicités

Publié le 7 février 2012, dans Astronomie-Espace, et tagué , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Commentaires fermés sur Un message codé dans « Shining ».

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :