Et si vous viviez votre dernier jour ?

Les regrets les plus souvent évoqués avant de mourir

Une infirmière a enregistré au cours de sa carrière les ultimes confessions de malades en phase terminale. Réalisme, fondamentaux et regrets éternels à l’aube du grand départ.

Et si ce jour était le dernier? Cette question existentielle à la fois commune et universelle a été le point de départ d’une enquête informelle réalisée par une infirmière australienne attachée au département des soins palliatifs.

Témoin « privilégié » des derniers moments de l’existence, Bronnie Ware a passé des années dans l’antichambre de la mort au chevet des malades et le partage régulier de ces moments de sincérité absolue l’a encouragée à transmettre à son tour le fruit de ces dernières confidences sur son blog personnel (anglais).

Relayé par le quotidien britannique The Guardian, Bronnie Ware présente un message universel: le témoignage simple, réaliste et empreint de sagesse du patient conscient de son sort. Retour sur les cinq regrets les plus souvent évoqués et commentés par l’auteur de cette enquête.

1. « Si seulement j’avais eu le courage de vivre ma vie, et non celle que l’on attendait de moi » « Le regret majeur, selon Bronnie Ware. Quand une personne réalise que le rideau est sur le point de tomber, elle regarde en arrière avec objectivité et ne peut que constater le nombre de souhaits non exaucés. Les choix de la vie sont alors remis en question. « 

2. Si seulement je n’avais pas travaillé autant « Tous les hommes m’ont confié ce regret, celui de ne pas avoir vu grandir ses enfants ou de ne pas avoir passé suffisamment de temps en famille à cause du travail. »

3. Si seulement j’avais osé dire ce que je pensais « La plupart des gens refoulent leurs envies et leurs pensées profondes pour rester en paix avec les autres. En résulte une vie médiocre et le sentiment d’être passé à côté de son destin. En outre, il ne faut pas négliger les conséquences sur la santé de l’amertume accumulée pendant toutes ces années… »

4. Si seulement j’étais resté en contact avec mes amis « Beaucoup regrettent sur leur lit de mort l’amitié perdue au fil du temps, ce temps qu’ils n’ont pas consacré à l’alimenter, trop concentrés sur leur propre vie. Tout le monde regrette ses amis au moment de mourir… »

5. Si seulement je m’étais laissé le droit d’être heureux « Ce regret m’a particulièrement étonnée. De nombreux patients ont réalisé à la dernière minute que le bonheur était un choix! Coincés dans de vieilles habitudes confortables et de vieilles considérations, neutralisés par la peur du changement et des faux-semblants, ils regrettent d’avoir pris la vie avec autant de sérieux.

Un témoignage à l’attention des vivants, assurément.

(afo)

Publicités

Publié le 7 février 2012, dans Société, et tagué , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Commentaires fermés sur Et si vous viviez votre dernier jour ?.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :