L’année du dragon mal luné

La Chine entre dans l’année du dragon et déjà les oiseaux de mauvais augure y voient un symbole de crise et un signe fort de l’ascension d’une Chine belliqueuse.

Dans un temple de Shanghai, le 16 janvier 2012. REUTERS/Carlos Barria– Dans un temple de Shanghai, le 16 janvier 2012. REUTERS/Carlos Barria –

Un article de

Sébastien Le Belzic

   Il suffit de traîner dans les petites ruelles qui longent les temples bouddhistes de Pékin pour saisir l’importance des horoscopes dans le quotidien des Chinois. En Chine, le Parti ne décide pas de tout. Il faut aussi compter sur le Feng Shui, les chiffres, les astres, les bons et les mauvais esprits… Et le 23 janvier, symbole fort de cette mythologie chinoise, la Chine est entrée dans l’année du dragon.

L’astrologie chinoise est divisée en douze animaux et le signe du dragon est de loin le plus populaire.Après être passés du mignon lapin au dragon rugissant, les Pékinois se font tirer les cartes ou s’offrent une séance de numérologie. Le «bazi» notamment est très populaire chez les Chinois. Une fois savamment mélangés, votre date, votre heure de naissance ainsi que quelques nombres tenus secrets, l’astrologue vous prédit l’avenir…

Alors faut-il s’en amuser ?

Autant les prédictions peuvent faire sourire la plupart des Occidentaux, autant ici, elles sont prises très au sérieux. «Je veux savoir si c’est une bonne année pour ma famille, m’explique une vieille dame. Ma fille doit se marier et nous devons choisir une date qui lui portera bonheur». Le dragon ce sera aussi l’année d’un boum des naissances. Les réservations dans les maternités sont déjà complètes. Quitte à donner naissance par césarienne, la plupart des Chinois veulent un petit dragon dans la famille. Il faudra donc naître entre le 23 janvier 2012 et le 10 février 2013.

Ces mystères de la métaphysique fascinent les Chinois. Le « bazi » a même ses sites Internet et ses applications pour smartphones.

Et que dit-il ?

Pas de bonnes choses. «2012, c’est l’année du Dragon d’eau, explique un astrologue. L’eau et le Dragon sont deux signes ‘yang’. C’est un signal de mouvement brutal, de tsunami même pour le pays. Rien de bien si l’on veut construire de solides fondations. Selon moi, ça veut dire que les manifestations vont continuer en Chine et que les incertitudes vont demeurer. Elles vont même s’étendre et s’aggraver. L’eau abîme le métal et pour l’économie mondiale c’est aussi une mauvaise nouvelle».

Résultat, faire de la politique en pleine année du Dragon s’annoncera difficile. D’autant plus que c’est une année de transition politique en Chine. Le Président chinois Hu Jintao et son Premier ministre Wen Jiabao vont passer la main. A qui? C’est encore un mystère. En pleine année du Dragon, les «Neuf Empereurs», comme on appelle les membres du Bureau politique du Parti communiste vont être désignés avant de choisir le premier d’entre eux.

A priori, Xi Jinping deviendra Secrétaire général du Parti et futur président de la République populaire. Et Li Keqiang, Premier ministre. Mais rien n’est encore joué et les voies du Dragon sont impénétrables.

Pour exorciser cette année qui s’annonce donc difficile, l’artiste Chen Shaohua avait dessiné un splendide Dragon pour orner une série de timbres spéciaux prisés par tous les collectionneurs. Des dizaines de milliers de Chinois ont fait la queue dans toutes les postes du pays pour s’offrir ce petit carré magique au moment de son lancement début janvier. Un Dragon qu’il qualifie de «dur» et«puissant», inspiré des vêtements portés par les Empereurs de la dynastie Qing.

Mais ce dragon chinois est-il trop agressif ?

Plusieurs journaux se sont en effet posés la question suite notamment aux critiques de Zhang Yihe sur son microblog. Cette célèbre femme écrivain s’est offusquée des lignes «effrayantes»et «hideuses» du Dragon. Si bien que sur les forums internet certains ne veulent plus de cet animal mythologique comme symbole de la Chine.

Mais Chen Shaohua se défend et affirme que seul son dragon est à même de combattre les forces diaboliques qui animeront 2012. « Le dragon est une créature légendaire et un symbole de la mythologie chinoise, explique-t-il au quotidien de Hong Kong South China Morning Post. C’est une image à la fois digne et impressionnante. Un symbole qui protégera l’économie chinoise de la crise en ces périodes d’incertitudes».

Ce symbole du dragon a toujours prêté à des incompréhensions entre la Chine et l’Occident. Les Empereurs chinois en avaient fait la marque de leur puissance pendant des milliers d’années et les Chinois y voient toujours un signe de force et de bon augure. Au contraire, en Occident, il a tout d’un monstre agressif.

En tout cas, pour mieux asseoir ses funestes prédictions pour cette année du dragon d’eau, notre maître de Feng Shui nous rappelle que l’horoscope chinois fonctionne sur des cycles de soixante années. Et la dernière année du dragon d’eau remonte donc à la fondation de l’Union européenne en 1952.

Un signe pour notre oracle que l’Europe connaîtra donc elle aussi une crise importante en 2012. CQFD.

Source : slate.fr

Publicités

Publié le 31 janvier 2012, dans Société, et tagué , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Commentaires fermés sur L’année du dragon mal luné.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :