Etranges pluies d’animaux : quelles théories ?

Phénomènes étranges: les pluies d’animaux

 
 

Entre mythes et manifestations réelles, les récits  d’animaux tombés du ciel intriguent ou fascinent.

Depuis quelques temps, les médias nous rapportent d’étonnants phénomènes dans leurs faits divers: des chutes d’oiseaux morts massives sont survenues en différents  points de notre planète. Ces manifestations déroutantes ont relancé les  recherches sur le sujet. 

Les pluies d’oiseaux

Alors que le monde demeure dans la crainte d’une nouvelle épidémie de grippe  aviaire, les analyses n’ont pourtant détecté aucun signe d’infection ni de  maladie. Des causes d’ordre climatique ou écologique sont généralement mises en  avant. L’autopsie des oiseaux de Falköping a révélé des hémorragies internes.  L’hypothèse d’un traumatisme a été retenue.

Ce ne sont pourtant pas des phénomènes isolés. Dépuis début 2011, la fréquence des cas recensés en divers lieux du globe  terrestre et le nombre très élevé d’animaux morts (oiseaux et poissons  essentiellement) a de quoi inquiéter.

Les pluies d’animaux dans l’histoire

Si les perturbations actuelles de l’environnement sont invoquées, les pluies  d’animaux étaient pourtant déjà observées dans l’Antiquité.

Les pluies de grenouilles, par exemple, étaient citées comme l’une des sept  plaies d’Égypte, dans la Bible. Au IVe siècle avant J.C., le Grec Athénée  relatait déjà des pluies de poissons durant trois jours, dans le Péloponnèse. Au  Moyen-Âge, des chutes similaires étaient souvent rapportées.

Le nombre de cas recensés a augmenté depuis le XXe siècle, suite au  développement des journaux et de médias variés. Notamment, le journaliste  américain Charles Fort (1874-1932) a rédigé plus de 60.000 fiches sur  toutes sortes de faits mystérieux.

Les théories religieuses considèrent les pluies d’animaux comme un mauvais  présage ou un châtiment.

Les pluies les plus étranges

Les animaux ne sont pas les seuls objets étranges à tomber du ciel. Les  pluies de météorites font partie des plus connues (roche ou glace) et celles  chargées de sable remontant du désert sont les plus fréquentes.

Parmi les plus insolites,  de la grêle sucrée, de la neige colorée – voire phosphorescente – ou des pièces de  monnaie ont également pu être observées. D’autres sont effrayantes, répugnantes  ou cocasses, comme les pluies de sang ou de serpents, celles de méduses  (Angleterre, XIX siècle) ou de vers (Galashiels, Écosse, 29 mars 2011), ou encore celles de noisettes (Dublin, 1867), de haricots (Brésil, 1871)…

On est en droit de s’interroger sur l’objectivité des personnes témoins de  ces faits surnaturels. Néanmoins, des pluies incongrues ont pu être  photographiées ou encore observées de façon collective.

Des explications rationnelles

Ces pluies déroutantes trouvent des explications relativement crédibles.

La pluie  de poissons à Singapour, en 1861, serait apparemment due aux inondations,  qui auraient laissé les malheureux sur terre lorsque les eaux se sont retirées.  Toutefois, le village haut perché de Korona (Grèce), la région du Norfolk  (Angleterre) et la bourgade de Lajamanu (Australie) ont connu de réelles averses  poissonnières, respectivement en décembre 2002, août 2000 et mars 2010.

Les causes météorologiques semblent les plus plausibles: orages et tempêtes  précèdent souvent le phénomène. Des tornades pourraient alors entraîner une volée d’oiseaux, par exemple, ou bien des trombes d’eau  viendraient soulever des poissons. Des courants froids ou des pertes provenant  d’avions peuvent aussi provoquer des chutes de blocs de glace.

Quant aux crapauds et aux grenouilles, ils sortent en masse lors de fortes  pluies et pourraient être arrachés du sol par des intempéries, comme l’a supposé  André-Marie Ampère, physicien français, au début du XIXe siècle. Au IVe siècle  avant notre ère, le philosophe grec Théophraste avançait une hypothèse plus  réaliste encore: les crapauds ne tombent pas avec la pluie, c’est la pluie qui  les fait sortir de terre.

Les pluies «de sang» ou colorées pourraient s’expliquer par la  présence d’oxydes, d’algues rouges, voire de sang provenant des animaux  déchiquetés dans les airs.

Des manifestations paranormales?

Ces hypothèses ne permettent pas de tout expliquer. Les animaux chus sont  généralement d’une même espèce. Or, on imagine difficilement comment une tornade  pourrait faire un tri sélectif entre poissons, oiseaux ou toutes sortes  d’éléments entraînés sur son passage, en prenant même soin d’éliminer  gravillons, algues ou branchages.

D’autres points peuvent également laisser perplexe, à savoir  que parfois, les animaux sont vivants (ce qui indique un déplacement rapide) ou  encore ces pluies étranges surviennent par temps calme, comme dans le cas des têtards tombés sur plusieurs villes d’Ishikawa (Japon) en  juin 2009. Et que penser des espèces vivant d’habitude en solitaire? Ou des  poissons d’eau profonde?

Que dire encore des chutes de produits transformés comme des morceaux de  viande (Kentucky, 1876), des cristaux de sucre (Lake County, Californie, 1857)  et des pièces datant du XVIe siècle (Russie, 1940)?

Des théories moins rationnelles

Serions-nous en train d’assister à des essais militaires secrets, comme  certaines hypothèses le suggèrent? Ou bien les cas fréquents de chutes d’oiseaux  depuis 2011 présageraient-il de la fin du monde annoncée pour 2012 par le calendrier Maya?

Les chemtrails (supposées traînées de substances chimiques  répandues par des avions) seraient suspectés d’être à l’origine des  précipitations colorées ou phosphorescentes.

Quant aux animaux, morceaux de viande, charbons de bois ou autres pièces de  monnaie venus du ciel, seraient-ils le résultat de razzias et autres kidnappings  en masse organisés par des extra-terrestres? A moins que ce ne soit l’œuvre de poltergeists  farceurs…

Publicités

Publié le 30 janvier 2012, dans Esotérisme-Paranormal, Mystères, Planète et Nature, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. Commentaires fermés sur Etranges pluies d’animaux : quelles théories ?.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :