Le Filet-O-Fish de Mc Donald’s contiendrait-il du porc ?

Le célèbre hamburger Filet-O-Fish de McDonald’s contiendrait-il du porc ?

Une histoire qui risque d’en faire bondir certains! Alors que le filet-o-Fish est un sandwich au poisson ne contenant  techniquement que du poisson, il n’en va pas de même avec le pain utilisé qui contiendrait des traces de porcs. Donc jusqu’à preuve du contraire, même si le Filet-o-Fish c’est du poisson, ça reste du « ralouf »!

https://i1.wp.com/cdn3.hark.com/images/000/004/495/4495/original.jpg

Le Filet-O-Fish, célèbre hamburger au poisson de  McDonald’s pourrait contenir des traces de porc. L’information révélée  par le site Internet de consommateurs musulman al-kanz.org a été relayée  massivement sur les réseaux sociaux. Lyon Capitale a mené l’enquête.

Vendredi  20  janvier 2012, le site Internet de consommateurs musulmans  Al-kanz.org, célèbre pour avoir à plusieurs reprises dénoncé des faux  produits halal, publie une révélation qui fait grand bruit. Le sandwich  Filet-O-Fish de McDonald’s, logiquement à base de poisson pourrait  contenir des traces de porc dans son pain. Problème : le burger est  particulièrement prisé par ceux qui ne mangent pas de cochon par  conviction personnelle ou à cause d’allergie. A l’origine de l’affaire,  Fateh Kimouche de al-kanz.org nous explique comment il a découvert l’affaire : « Dès  octobre 2011, un lecteur m’a contacté pour me parler de cette affaire.  J’ai pris le temps de vérifier. Une seconde personne m’a fourni des  photographies des étiquettes qui montraient que les pains utilisés  pouvaient contenir des traces de porc, ainsi que l’additif E472E qui  peut être d’origine animale« . L’ensemble des photographies des étiquettes sont publiées sur le site Al-kanz.org. On peut clairement y lire: « Fabriqué dans un atelier utilisant sésame, porc, mais, lait« .

Le fabricant réagit

Contacté par nos soins, Michel Sailion, représentant du fabricant de petits pains, East Balt, répond aux accusations : « Nous  n’avons jamais dit que nos pains étaient halal. Nous avons publié cette  information sur nos ateliers de manière volontaire alors qu’aucune loi  ne nous y oblige pour le porc. Effectivement, de façon exceptionnelle,  nos usines produisent des petits pains parsemés de copeaux de lardon.  Cependant, entre chacune de nos fabrications, l’ensemble de la ligne de  production est nettoyée. Quant à la majorité de nos pains, ils ne  comportent pas de porc, y compris en ce qui concerne l’additif E472E qui  est d’origine végétale issu de l’huile de tournesol ».

Un cas qui pourrait faire jurisprudence ou entraîner plus d’opacité

De  la même façon, l’entreprise McDonald’s n’a jamais certifié que le  Filet-O-Fish était halal. Un constat partagé par Fateh Kimouche : « Heureusement,  ils n’ont jamais prétendu que c’était halal. Cependant, ils savent que  le Filet-O-Fish est consommé par ceux qui ne mangent pas de porc. Quick a  choisi de faire des sandwichs halal car ils avaient repéré une  surconsommation des burgers aux poissons. McDonald’s ne pouvait pas  ignorer cela« . Ainsi, au-delà même de la question de l’interdit  religieux, l’affaire soulève une nouvelle fois la question de la  traçabilité alimentaire dans les restaurants. La composition exacte des  ingrédients est souvent cantonnée aux cuisines tandis que les sites  officiels affichent, au mieux, la liste des allergènes les plus  fréquents.

Par ailleurs, Fateh Kimouche craint que l’affaire soit détournée sur la question purement religieuse : « Il  faut mettre de côté le halal et parler du consommateur. S’il a envie  d’acheter un burger au poisson ou des saucisses à la volaille, il n’a  pas envie forcément d’avoir à l’intérieur de la viande de porc ou de  cheval par exemple. Je suis pour la transparence et qu’on nous dise ce  qu’il y a vraiment dans les aliments. Les gens peuvent faire ce qu’ils  veulent par la suite, en connaissance de cause« . Un argument que ne rejette pas Michel Sailion d’East Balt qui regrette cette polémique : « ce  genre d’article est contre-productif et pourrait avoir l’effet inverse.  Il incite les fabricants à ne pas jouer la transparence. En ce qui nous  concerne, nous n’allons rien changer et nous n’enlèverons pas cette  mention de nos étiquettes« .

La réaction de McDonald’s

Sur son site internet mcdonaldsmenu.info/nutrition,  la firme américaine liste les principaux allergènes que l’on peut  retrouver dans le sandwich au poisson. A l’intérieur, on y retrouve  céréales, soja, lait, œuf, poisson et moutarde. Aucune indication  d’éventuelle trace de porc. L’ensemble des restaurants que nous avons  visité nous ont immédiatement orienté vers le service client. Ce  dernier  assure que la recette du Filet-O-Fish ne contient pas de porc  mais est surpris de la mention que l’on retrouve sur les étiquettes.  Faute de réponse, certains consommateurs se sont alors tournés vers la  page Facebook officielle de McDonald’s France.

Ce lundi 23 janvier, en fin d’après-midi, la chaîne de Fast Food a enfin réagi via un communiqué : « L’enseigne  McDonald’s tient à rappeler qu’elle n’a jamais déclaré commercialiser  des produits halal. […] Elle n’a pas pour ambition de répondre aux  souhaits d’une communauté ou d’une confession en particulier. Concernant  la question spécifique de la fabrication des pains utilisés pour la  composition des sandwiches au poisson, McDonald’s soutient la position  de son fournisseur East Balt. […] De manière générale, et pour toutes  ses références de petits pains, East Balt France procède, entre chaque  production, à des opérations de nettoyage de sa chaîne« .

Source: lyoncapitale.fr via les moutons enragés

Publié le 25 janvier 2012, dans Santé-Alimentation, et tagué , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

%d blogueurs aiment cette page :