Pourquoi sommes-nous autant fascinés par la fin du monde ?

Pourquoi sommes nous autant fascinés par la fin du monde ?

Les théories sur la fin du monde en 2012 sont légion. Le 21 décembre prochain, ce serait ainsi à Bugarach, une petite montagne de l’Aude, qu’il faudrait se trouver pour y échapper. Mais qui sont les hurluberlus qui vont s’entasser dans la campagne française ? 

C'est à Bugarach qu'il faudrait se regrouper pour échapper à l'apocalypse, le 21 décembre prochain...C’est à Bugarach qu’il faudrait se regrouper pour échapper à l’apocalypse, le 21 décembre prochain… Crédit REUTERS/Jean Philippe Arles

Propos receuillis par Romain Mielcarek/atlantico.fr

Atlantico :
Les autorités s’attendent à voir débarquer quelques 30 000 personnes à Bugarach, le 21 décembre 2012. Ces gens espèrent ainsi échapper à la fin du monde. Qu’est ce qui a transformé une montagne perdue dans la campagne française en espoir d’échapatoire à l’apocalypse ?

*Thomas Gottin :
D’un point de vue historique, c’est Rennes le Château qui a attiré les préocupations. Cette ville a été médiatisée dans les années 1950 suite à un l’apparition d’une série de mythes fantastiques. On a parlé d’abord d’un trésor puis d’un miracle spirituel lié à la montagne de Bugarach. Des écrits, notamment d’Elisabeth van Buren, ont instrumentalisé le phénomène en réinterpretant des documents plus anciens.

A cette époque, il y a eu une nouvelle naissance du catharisme, un mouvement chrétien médiéval qui assimilait le monde terrestre à la création d’un dieu néfaste. Ces croyances ont été mal réinterprétées et perçues comme un mouvement contestataire face à l’Eglise du XIIème siècle. Les cathares ont dés lors été pris pour des alchimistes aux pouvoirs étranges qui vivaient une spiritualité basée sur l’amour. En même temps, le phénomène OVNI est apparu. Les croyances liées aux objets volants non identifiées se sont multipliées. L’arrivée massive, enfin, du New Age américain s’est ajoutée à tout cela.

Jusqu’aux années 2000, Bugarach est un coin très tranquille. Progressivement, quelques individus continuent de venir seuls au travers de quêtes spirituelles personnelles. Ils sont rejoints rapidement par des groupes qui, au travers de stages, poursuivent une dynamique d’ouverture à d’autres formes de croyances. Depuis 2008-2009, des charlatans ont profité de ces phénomènes pour organiser un véritable tourisme spirituel. C’est la naissance des « survivalistes » qui ont commencé à élaborer des théories fumeuses. Il est évident que certains en profitent.

*Thomas Gottin

Anthropologue français, il est l’auteur de Le Phénomène Bugarach : un mythe émergent.

 

Qui sont les gens qui espèrent échapper à la fin du monde à Bugarach ? Des illuminés ou des curieux ?

Il y a un premier public, majoritaire, de neo-ruraux vivant à l’écart de la société. Ils recherchent un mode de vie différent de celui du reste de la population. On trouve également ce que l’on pourrait appeler des neo-hippies curieux de pratiques plus proches de la nature et de leur environnement.. Enfin, une minorité de charlatans cherchent à profiter du phénomène Bugarach pour en tirer des intérêts personnels.

Les deux premiers publics dont je parle sont en quête d’un réenchantement du monde. Ce sont des gens qui sont dans une dynamique de reconstruction personnelle, sociale et qui sont quelque part dans une forme de fracture, vis à vis de la société. Grâce à toute une variété de formes de spiritualité extra-européennes comme l’houdouisme, le new age, le tantrisme ou même le chi-cong, ils sont curieux de pensées originales et détachées du matérialiste. Ils développent leur propre environnement religieux au travers de petits stages qui sont, pour moi, une forme de thérapie de groupe. Il ne faut surtout pas confondre ces groupes avec des sectes. Ils développent simplement d’autres rapports à la nature, à soi, au monde.

Par contre, il y a effectivement les survivalistes, qui se mettent en avant dans les médias. Eux ne sont pas du tout dans cette quête spirituelle mais dans un matérialisme basique. Ils sont remplis d’une peur incommensurable. Ils pensent disposer d’une vérité en multipliant des relectures fausses du calendrier maya, entre autres. Ils autoalimentent leurs propres terreurs. Ils restent malgré tout très minoritaires en France.

Au travers des époques, ce type de phénomènes se multiplient. Par peur des extraterrestres, d’une colère divine ou d’un tsunami, des communautés se regroupent en haut de montagnes un peu partout dans le monde. Comment expliquer ce phénomène ?

Dans leurs croyances, les hommes ont toujours eu un rapport important à la montagne. Ca évoque le lien entre le ciel et la terre. C’est aussi lié au besoin humain d’atteindre les hauteurs, les sommets. Des événements semblables ont eu lieu sur le mont Shasta aux Etats-Unis, le mont Saint Hilaire au Québec ou même le mont Sinaï en Egypte. C’est directement lié au rapport que les gens ont à la magie et à la croyance, des domaines où la montagne joue un rôle clef entre la puissance du cosmos et la réalité terrestre.

Nous sommes dans une période de désenchantement du monde qui entraîne une multiplication de ce genre de prophéties. Avec l’avénement des peuples conscients, le pensée collective rassemble les différents ingrédients dont nous entondons parler : divinités, extraterrestres et autres. Cest directement lié à notre époque.

Propos receuillis par Romain Mielcarek/atlantico.fr

Publicités

Publié le 15 janvier 2012, dans Eschatologie, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. Salut,

    Pourquoi sommes-nous fascinés part la fin du monde?
    Peut-être parce que nous voulons à tous prix être rassuré, s’assurer de connaître le futur, et connaitre le futur, on peut remplacer le mot future par inconnu, on veut connaitre l’inconnu, le connu represente la sécurité.
    Pourquoi tant de gens ont peur de la mort? Qui a su expliquer ce qu’il y avait aprés la mort?Personne… Il y a bien les religions qui décorent cette question avec tout un tas de paillettes rassurantes, et qui brillent uniquement pour ses adeptes.

    Pour certains la fin du monde (et donc la mort) est face à eux à chaque couché de soleil… 😉
    Ce soir, aujourd’hui sera mort…

    Je me demande si les arbres et les animaux se posent autant de questions que nous ou si ils vivent sans penser à demain?

    Mes amitiés et merci pour l’article,

    Mofo

    • Bonjour Mofo !
      Jolie l’allégorie avec les paillettes !
      Fin du monde ou pas, notre fin sera !
      Alors carpe diem ! Plus facile à dire qu’à appliquer malheureusement.
      En ce qui me concerne, je ne m’inquiète pas outre mesure, je me prépare spirituellement
      à ma dernière heure qui adviendra un jour ou l’autre, (çà au moins c’est sûr) et c’est ce
      que nous devrions tous faire car nous ne savons pas quand la Mort viendra nous chercher…
      Je pense que 2012 doit être le moment de faire le point sur nos vies mais dans le sens amour et spiritualité,
      oublier le matériel pour une fois qui nous aveugle, nous cache l’essentiel : ceux et ce qui nous
      entoure…
      Bon, j’arrête là. Merci pour ton commentaire Mofo qui m’a donné envie de réagir.
      Bises.

%d blogueurs aiment cette page :