Elenin : le point

ELENIN : LE POINT

« Den » m’a demandé où en était la situation concernant Elenin, c’est une bonne question, mais la réponse n’est pas simple. En effet des rumeurs opposées circulent à son sujet. Je vous propose ici les deux versions principales : (trouvées sur  « paranormal-encyclopédie.com ».

 

Auteur Ar SONER

1ère version : Elenin a été détruite :

Noms alternatifs : Comète Elenin, C/2010 X1 (nom officiel en nomenclature scientifique). Les milieux conspirationnistes ou New-Age confondent Elenin avec Hercolubus, Nibiru, la Planète X et Nemesis et utilisent indistinctement ces noms pour désigner la comète.

Date : Découverte de la comète Elenin par Leonid Vladimirovich Elenin le 10 septembre 2010 – Désintégration supposée de la comète le 20 août 2011.

Elenin (nommée C/2010 X1 en nomenclature astronomique) est une comète découverte en 2010, qui fit l’objet de très nombreuses théories et rumeurs dans le courant de l’année 2011, la plupart la reliant à l’hypothétique Planète X / Nibiru et à la « fin du monde de 2012 » prophétisée par les Mayas.
Elenin s’est désintégrée à partir du mois d’août 2011 et elle a définitivement cessé d’être visible dans le ciel au mois d’octobre suivant.

Image de la comète prise par la sonde STEREO-B (NASA) le 6/08/11

Données astronomiques sur la comète

La comète a été découverte le 10 décembre 2010 par l’astronome amateur russe Leonid Vladimirovich Elenin (Леонид Владимирович Еленин) à partir d’images obtenues par l’observatoire robotisé du International Scientific Optical Network situé à Mayhill au Nouveau Mexique. Elle a été appelée C/2010 X1 en nomenclature astronomique, mais est souvent surnommée comète Elenin ou simplement Elenin, du nom de son découvreur, par le grand public.

Leonid Elenin estima que la comète avait un noyau solide d’un diamètre de 3 ou 4 km. Sa coma (le halo de glace et de poussière entourant le noyau) a cependant grossi au fur et à mesure de son approche du soleil, pour atteindre 80 000 km de diamètre en avril 2011.

Elenin est une comète à cycle long ; cette catégorie inclue les comètes dont l’orbite présente une forte excentricité orbitale et qui ont une périodicité supérieure à 200 ans (mais pouvant atteindre plusieurs millions d’années).
La trajectoire et la périodicité orbitale de la comète n’a pas été établie avec certitude, d’autant plus que son orbite a été perturbée par les planètes qu’elle a rencontré sur son chemin dans le système solaire et a varié au cours du temps. L’astronome amateur japonais Kazuo Kinoshita estima à partir des données d’août 2011 qu’Elenin avait une période de 600 000 ans pour sa trajectoire dans le système solaire interne.
Pour l’orbite de la comète avant qu’elle ne pénètre dans le système solaire, les données du JPL Horizons On-Line Ephemeris System en se basant sur les années 50, donnent une trajectoire dont le rayon le plus long est de 46400 ua (7 billions de kilomètres) et une période orbitale de 3,5 millions d’années. L’orbite supposée qu’aurait eu la comète après sa sortie du système solaire peut être calculée avec ces mêmes données ; pour la date du janvier 2020, la comète aurait eu une trajectoire dont le rayon aurait été de de 515 ua (77 milliards de kilomètres) et une période de 11800 ans.
Ces estimations expliquent qu’Elenin ait été découverte tout récemment et n’ait jamais été observée auparavant par les astronomes.

L’origine de la comète Elenin n’est pas connue, mais il est possible qu’il s’agisse d’un corps qui a été éjecté hors du nuage d’Oort, un vaste nuage de comète situé à l’extérieur du système solaire.

Elenin a atteint son périhélie (le point de son orbite le plus proche du Soleil) le 10 septembre 2011, la comète est passé à 0,482 ua (soit 72 000 000 km) de celui-ci. Le 16 octobre, la comète Elenin devait passer à 0,233 ua de la Terre (34 900 000 km) à une vitesse de 86 000 km/h.

Image de la comète prise au télescope par Michael Mattiazzo le 29/08/11 alors qu'elle avait commencé à se désintégrer

Au moment de la découverte, la comète avait une magnitude apparente de 19,5, ce qui la rendait complètement invisible à l’oeil nu. Au mois de mai 2011, cette magnitude était de 13, ce qui rendait la comète à peine plus visible que Pluton e observable pour un astronome amateur équipé d’un grand télescope. Les estimations prévoyaient qu’Elenin aurait eu une magnitude de 6 à la mi-octobre, ce qui aurait permis de l’observer à l’oeil nu et à la jumelle.

Contre toute attente, Elenin a été frappée par une éjection de masse coronale (une explosion massive de vent solaire) lors d’une éruption solaire le 20 août 2011; en conséquence, la comète a commencé se désintégrer lentement à partir de cette date.
La brillance de la comète a diminué progressivement, n’affichant plus qu’une magnitude de 11 à la mi-septembre (elle ne put pas être détectée par la sonde SOHO mais fut repérée par une autre sonde, STEREO B) ; elle affichait une magnitude de 14 au début d’octobre 2011, ce qui était insuffisant pour la rendre visible à l’oeil nu dans le ciel nocturne – contrairement aux prévisions qui avaient été faites.
A la mi-octobre, la comète avait disparu et même l’usage du télescope de Faulkes North (capable de détecter des corps de très faible luminosité, jusqu’à une magnitude de 20,5) n’a pas permis pas de la retrouver. En revanche, le nuage de poussière résultant de la désintégration de la comète a pu être observé par les télescopes à partir du 21 octobre 2011.

Théories et rumeurs concernant Elenin

Quelques mois à peine après la découverte d’Elenin, de nombreuses théories sont apparues sur Internet assimilant la comète C/2010 X1 à Nibiru (également appelée Hercolubus, Planète X, Nemesis…). Selon diverses croyances New-age inspirées par les théories de l’auteur Zecharia Sitchin, Nibiru est une planète (ou une naine brune) supposée provenir de l’extérieur du système solaire et appelée à produire une vague de catastrophes massives à son approche de la Terre. D’autres théories affirment que Nibiru va venir directement percuter notre planète et la détruire.

Des vidéos circulant sur Internet et des articles de blog ont fait le lien entre l’approche de la comète Elenin et :

  • divers tremblements de terre et tsunami s’étant produits en 2011, en particulier ceux ayant eu lieu au Chili le 27 février et au Japon le 11 mars 2011. Cette corrélation s’appuie en grande partie sur les travaux du géophysicien canadien Mensur Omerbashich, qui prétend avoir démontré le lien entre les tremblements de terre et les alignements de la comète Elenin avec le Soleil et les planètes du système solaire ;

  • des morts massives d’animaux fortement médiatisées ayant eu lieu en début d’année 2011 (notamment le décès inexpliqué de milliers de carouges à épaulette dans la ville de Beebe en Arkansas le 3 janvier).

  • divers décisions ou actions politiques laissant penser que les dirigeants chercheraient à se prémunir d’une catastrophe imminente ; par exemple, l’achat de 500 000 cercueils en plastiques par le gouvernement, ou l’annonce d’un grand rassemblement des ambassadeurs américains par Hillary Clinton le 31 janvier 2011…

Ces événements ont été interprétés comme les signes précurseurs d’une importance apocalypse à venir, liés à la venue de la comète Elenin dans le système solaire.

Cette théorie eschatologique se mêle parfois à l’idée, très populaire, d’une fin du monde en 2012 ; la venue de Nibiru/Elenin aurait été prophétisée par les mayas et serait révélée dans leur calendrier.
Les partisans de cette théorie se sont souvent appuyés sur les écrits de l’auteur Carl Johan Calleman. Ce dernier affirme que le changement de cycle du calendrier maya n’a pas lieu en 2012, mais le 28 octobre 2011… date qui correspond approximativement au passage de la comète dans le voisinage de la Terre (dans la pratique, les poussières issues de la désintégration d’Elenin ont été au plus proche de notre planète le 16 octobre 2011).

Des rumeurs ont vu en Elenin un vaisseau extraterrestre ou une comète contrôlée par les extraterrestres. L’astronome argentin Sergio Toscano a affirmé avoir consulté des rapports de l’agence spatiale chinoise montrant que la comète était accompagnée de vaisseaux extraterrestres se cachant dans la poussière de sa coma ou de sa queue.
Ces théories s’appuient souvent sur l’une des premières images de la comète : elle montre Elenin accompagnée de petites lignes lumineuses dans lesquelles certains ont vu des aéronefs suivant la comète. Les astronomes ont cependant avancé que ces lignes correspondaient en réalité à deux étoiles situés dans le même angle de vue qu’Elenin, mais photographiées en mouvement puisque l’image a été prise avec un exposition longue de 300 secondes. La comète se déplaçant sur un plan différent des étoiles, elle semble en revanche immobile.

La célèbre photo de la comète Elenin accompagnée de "vaisseaux spatiaux" prise le 11/12/11 à l'Observatoire de Maidanak.

Des théories de la conspiration affirment également que la NASA et certaines personnes haut placées des gouvernements seraient au courant de l’arrivée d’Elenin et de la catastrophe occasionnée, mais qu’ils cacheraient la vérité pour éviter une panique générale et pour pouvoir se mettre eux-même à l’abri. Pour se faire, la NASA aurait diffusé au grand public de fausses informations sur la taille et la trajectoire d’Elenin. De même, la nouvelle de la désintégration de la comète en août 2011 serait erronée et uniquement destinée à apaiser l’opinion citoyenne.
Un article publié sur le site Wikistrike en juin 2011 affirmait que deux astronomes, Brian Geoffrey Marsden et Allan Rex Sandage, aurait été assassinés – sous couvert d’une encéphalomyélite fulgurante – par le gouvernement américain car ils menaçaient de révéler la vérité à propos de la nature d’Elenin.
L’article a cependant été rapidement dénoncé comme un canular grossier, la mort – à un âge avancé – de Marsden et Sandage n’ayant rien à voir avec une encéphalomyélite (Sandage étant mort d’un cancer du pancreas)… Et leur décès ont eu lieu en novembre 2010, soit presque un mois avant que la comète ne soit découverte par Leonid Elenin !

De nombreuses rumeurs ont également circulé sur le fait que Leonid Elenin n’existait pas, mais qu’il s’agissait d’une façade destinée à couvrir la NASA ou les agences gouvernementales américaines. Le nom Leonid Elenin serait en fait :

  • un nom de code pour désigner les Léonides (un essaim de météorites visible au mois de novembre tous les 30 environs, lié au passage à proximité de la Terre de la comète Tempel-Tuttle) ;

  • l’acrononyme de Extinction Level Event (« extinction de masse »), auquel s’ajoute le radical -NIN signifiant « déesse » ou « dame » ; ou de Extinction Level Event Nibiru In November (« extinction de masse nibiru en novembre »), Extinction Level Event Nibiru Is Near (« extinction de masse nibiru est proche »)…

  • un jeu de mot sur NINe ELEven (9/11, terme utilisé dans le langage courant anglophone pour désigner les attentats du 11 septembre 2001). Il est parfois fait un parallèle entre ces attentats et la date du périhélie de la comète, le 10 septembre 2011, soit environ 11 ans après ;

  • un jeu de mot sur El (אל, l’un des noms de dieu en hébreu) ou sur Elohim (אלהים, idem mais au pluriel, terme récupéré par certains partisans de la théorie des anciens astronautes pour désigner les extraterrestres).

Les rumeurs concernant la non-existence de Leonid Elenin (malgré ses découvertes et apports au monde de l’astronomie, ainsi que les mises à jours régulières de son blog personnel) l’ont poussé à donner un interview à la chaîne de télévision russe НТВ (NTV) pour couper court à la controverse.

Les astronomes et les sceptiques ont cependant avancé que la comète Elenin n’avait que peu de similitudes avec les représentations habituelles de l’hypothétique Nibiru / Hercolubus / Planète X :

  • la comète n’est pas une planète ni une naine brune : les multiples observations de la comète au télescope par de nombreux astronomes professionnels et amateurs attestent bien sa coma et sa queue, typiques des comètes.

  • les mêmes observations démontrent de façon indubitable que la comète est extrêmement petite. Son noyau dur fait 3 km de diamètre (à mettre en perspective de la Terre – diamètre moyen de 12 700 km – ou de Jupiter – 143 000 km), ce qui exclue qu’elle puisse avoir un quelconque impact sur les planètes du système solaire. En comparaison, une autre comète, 45P/honda-mrkos-pajdusakova, est passé le 15 août à 0,06 ua (9 millions de km) de la Terre comme tous les 5 ans sans provoquer une quelconque catastrophe.

    Si la comète Elenin avait été aussi grande que l’affirment les partisans de l’hypothèse Nibiru, son influence gravitationnelle aurait été bien perceptible sur les planètes du système solaire (leur trajectoire aurait été modifiée par la proximité d’un corps massif)… et Elenin aurait été facilement visible par n’importe qui à l’œil nu dans le ciel nocturne sitôt arrivée dans le système solaire proche.

  • la comète ne se dirige pas droit vers la Terre, au contraire elle passe même assez loin ; sa trajectoire dans notre système solaire l’amène au mieux à 0,233 ua de notre planète (soit 34 900 000 km… soit près de 100 fois la distance Terre – Lune !). Les probabilités d’une collision entre la Terre et Elenin sont donc quasiment nulles.

  • si la désintégration de la comète Elenin a été hypothétique dans les premiers temps, celle-ci a été démontrée dès le mois de septembre, photos du nuage de poussière à l’appui, et elle ne fait plus aucun doute au sein des astronomes. Ce type de phénomène n’est pas nouveau et avait déjà été observé durant l’été 2000 avec une autre comète, C/1999 SA.

  • en 2012 (et à plus forte raison, le 21 décembre 2012), si Elenin ne s’était pas désintégrée, elle aurait été dans une phase d’éloignement de la Terre – dont elle était au plus proche le 16 octobre 2011.

De façon plus générale, l’opinion scientifique réfute toute réalité à la prédiction d’une fin du monde pour 2012 dans le calendrier Maya et à l’existence de Nibiru / Planète X.
Enfin, les tremblements de terres et morts massives d’animaux sont un phénomène naturel qui se produit chaque année (bien qu’ils ne soient pas toujours médiatisés et exposés au grand public). Aucune augmentation dans leur fréquence n’a été constatée en 2011, ce qui exclut un lien quelconque avec l’approche d’Elenin. Quant aux travaux de Mensur Omerbashich, ils ont été débunkés à plusieurs reprises et sont considérés comme peu sérieux par la quasi-totalité de la communauté scientifique.

Les sceptiques pointent également le fait que la croyance selon laquelle les comètes seraient annonciatrices de catastrophes ou de grands changements existe depuis des temps immémoriaux. La comète de Halley, par exemple, est visible sur le Tapisserie de Bayeux où elle annonce la victoire de Guillaume le Conquérant lors de la conquête de l’Angleterre en 1066 ap. J-C. Les théories autour d’Elenin seraient un avatar moderne de cette croyance.

Seconde version : La NASA aurait confirmé la préssence d’Elenin, ainsi qu’un astronome français, spécialiste des comètes :

La Nasa aurait confirmé le 7 octobre 2011, dans un bref communiqué sur le site de STEREO, avoir détecté la comète C/2010 X1 (Elenin) grâce au satellite STEREO A HI-2 dans la période du 16 au 26 septembre 2011 :

http://stereo.gsfc.nasa.gov/gallery/item.php?id=stereoimages&iid=167

Voici le commentaire de la Nasa à propos de la vidéo déroulée sous forme de photo élargie de la période du 16 au 26 septembre sur laquelle Elenin se trouve à plusieurs endroits:

 « Si on regarde attentivement, trois petits satellites du soleil peuvent être aperçus dans cette vidéo zoomée et magnifiée du télescope HI-2 de STEREO Ahead. Celle qui est la plus facile à voir est la comète 45P/Honda-Mrkos-Pajdusakova sur le côté gauche de la vidéo. Elle bouge très lentement, et pouvait avoir été prise pour un défaut de caméra si elle n’eut pas soudainement produit une belle et très active queue de comète en réponse au vent solaire qui vint à ce moment. Juste en-dessous de la comète 45P se trouve l’astéroïde Vesta, en mouvement visible dans le sens opposé au fond du ciel. Le troisième objet est notre bonne vielle amie la comète Elenin, bougeant de la droite vers la gauche en passant par l’axe vertical. La comète Elenin a perdu énormément en brillance depuis fin août et n’est plus visible sur de nombreux télescopes, incluant HI-2 sur STEREO Behind. Elle est à peine visible sur STEREO Ahead HI-2. »

Ce commentaire concerne la période où Elenin était impossible à voir au télescope depuis la Terre. Mais le plus important est d’avoir une confirmation de la NASA de la survie d’Elenin.

Mais ce n’est pas tout. Jean-François Soulier, astronome travaillant avec un télescope de 255 mm, dont les rapports peuvent être suivis ici :

http://6888comete.free.fr/fr/RAPPORT%20MPC%20FRANCE%20C10.txt

est un spécialiste des comètes :

http://6888comete.free.fr/fr/dossierscometesfrance.htm

Il a pris de nombreux clichés confirmant, de son côté, la présence d’Elenin le 15 octobre 2011. Cette fois, on la voit mieux, bien que la pleine lune venait d’avoir lieu le 12 octobre, apportant ainsi une pollution lumineuse conséquente :

http://6888comete.free.fr/fr/IMAGEC2010X1Eleninfrance.htm

Souvenez-vous de la courbe des magnitudes d’Elenin au cours de son orbite de proximité (les différents points noirs représentent les différentes observations) :

La toute première image que prit Jean-François Soulier d’Elenin date du 30 janvier 2011 où Elenin était un point à peine visible dont la magnitude ne dépasse pas 19 (voir le graphique ci-dessus). A cette époque, elle se trouvait à 2,95 UA de la Terre et était déjà active avec sa chevelure :

Comparez maintenant cette photo d’Elenin – AVEC chevelure à environ 3 Unités Astronomiques de nous le 30 janvier 2011 – avec celles de Francis Walsh d’Elenin – SANS chevelure à environ 0,23 UA de nous le 14 octobre 2011 – sachant que la chevelure d’une comète fait quelques milliers de kilomètres de largeur et que le noyau ne fait que 4 kilomètres de diamètre. Les deux télescopes sont de 25 cm environ. Nous voyons tout de suite que les images du 14 octobre 2011 sont conformes à ce qu’on doit attendre de la taille et de la luminosité d’Elenin.

La photo 19 de Francis Walsh du 14 octobre :

 En conclusion, nous avons peut-être la confirmation par la NASA qu’Elenin a bien survécu à son périhélie. Nous avons aussi la confirmation d’un astronome amateur français, Jean-François Soulier. Il encadre de nombreux camps d’astronomie et travaille dans plusieurs observatoires : Puimichel, CERGA (CNRS), la Sorbonne (Société Astronomique de France ). Nous avons également la confirmation de Francis Walsh grâce à qui j’ai pu identifier C/2010 X1 (Elenin) dans les clichés de 18 à 27 de la série de photos du 14 octobre 2011.

Mais malgré cela, les debunkers Leonid Elenin (découvreur de la comète du même nom) et Kevin Heider sur le site spaceobs.com, et des dizaines d’autres, continuent de faire semblant qu’Elenin n’existe plus, qu’elle s’est désintégrée. Leur problème est peut-être qu’ils ont tellement affirmé que tel était le cas, qu’il leur devient impossible de faire le grand écart et avouer leur erreur.

Le problème, au fond, c’est qu’il ont aussi affirmé et répété inlassablement qu’Elenin ne représentait aucun danger, et ce contre l’évidence même de la statistique selon laquelle Elenin n’avait qu’une chance sur 550 milliards d’être alignée par hasard dans l’ombre de la Terre deux fois, les jours (+/- 1 jour et +/- 3 jours respectivement) où eurent lieu deux des sept plus gros séismes jamais enregistrés sur la Terre, en suivant une loi mathématique de croissance des magnitudes corrélative à la décroissance des distances.

Elenin s’est comportée comme un condensateur se déchargeant par le « câble » que constitue la queue de magnétosphère terrestre dans sa partie nocturne, servant ainsi de diélectrique au condensateur « Elenin ». Bref, Elenin a émis deux fois un « éclair » puissant dans le plasma qui s’éloigne de nous côté nuit. Elle le refera très certainement bientôt.

Le prochain alignement en opposition, c’est-à-dire dans la même configuration que nous avons déjà connue pour les séismes du Chili (8,8) en février 2010 et au Japon (9,2) en mars 2011, aura lieu le 22 novembre 2011. C’est la date autour de laquelle pourrait se produire le séisme le plus violent qu’ait jamais connu l’actuelle humanité puisqu’il est évalué à 9,8 sur l’échelle des magnitudes des moments en vertu de la théorie des comètes électriques.

Cette théorie des comètes électriques vient tout juste d’être admirablement confirmée par la Nasa en affirmant la présence d’Elenin après le périhélie en dépit de l’absence évidente de chevelure et de queue ionique. En effet, dans la théorie standard de la boule de glace sale, Elenin aurait due disparaître puisque son noyau était censé être sublimé entièrement par le vent solaire et les différentes éjections de masse coronale du mois de septembre jusqu’à épuisement de la matière volatile devant constituer, supposait-on, l’ensemble du noyau. Or, il n’en fut rien. Le noyau demeure sans chevelure. Cela signifie que la partie solide du noyau est intacte et que sa charge électrique demeure une menace.

 Elenin est une comète UNIQUE en raison de sa très faible inclinaison (quasi-coplanaire, et co-axiale au moment de l’alignement), de sa charge électrique importante (orbite de 11.800 ans pour se charger) et de l’étrange corrélation entre son dernier passage (nous estimons que l’excentricité est égale à 1 compte tenu d’une approximation de calcul ne tenant pas compte de l’influence gravitationnelle de Saturne en 2009 gonflant l’excentricité annoncée à 1,000028) et la disparition de l’Atlantide et de la fin brutale de l’Ere Glaciaire, il y a justement 11.800 ans environ. Un schéma (en anglais) résume le propos de l’étendue du risque :

J’espère que cet article vous aura apporté les réponses nécessaires à vous forger votre propre opinion, même si comme je l’ai dit tout celà n’est guère simple ! N’hésitez pas à laisser vos commentaires…

http://www.paranormal-encyclopedie.com/wiki/Articles/Elenin

Publicités

Publié le 29 octobre 2011, dans Astronomie-Espace, et tagué . Bookmarquez ce permalien. Commentaires fermés sur Elenin : le point.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :