LES REPTILIENS

LES REPTILIENS


Reptiles humanoïdes venus de l’espace ou résultant d’une évolution parallèle


Lorsque l’on vous dit « Extraterrestre », vous pensez sans doute à un « Petit Gris », ces extraterrestres de petite taille au corps frêle et aux grands yeux noirs ; mais saviez-vous que dans certaines descriptions d’enlèvements les deux races sont présentes ensemble ? La race Reptilienne semble même être la race dominante.

En raison de l’aversion courante des gens pour les reptiles, ils sont souvent présentés de façon négative mais il existe quelques exceptions où ils sont parfois présentés comme une espèce antique et souvent sage.

On parle de plus en plus de ces Reptiliens. Le sujet est vaste mais en voici un condensé :

 Reptiliens, reptoïdes, dinosauroïdes, hommes-lézards, saurials, reptiles, draconiens, autant de termes apparentés qui servent à désigner des créatures similaires, mi-hommes, mi-reptiles.

Pour ICKE : une espèce extraterrestre venue conquérir la Terre

Pour David Icke*, les Reptiliens appartiennent à une race extraterrestre venue du système solaire Alpha Draconis. Depuis le début de l’Histoire, ils manipuleraient l’évolution des sociétés humaines et les méneraient actuellement vers l’établissement d’un nouvel ordre mondial.

Les Reptiliens décrits par Icke se nourrissent de sang et d’émotions négatives. Grâce à des manipulations génétiques, ils seraient aujourd’hui devenus des hybrides de lézards et d’êtres humains et peuvent altérer leur apparence. Ainsi, la plupart des chefs d’état et des familles puissantes seraient en fait des reptiliens déguisés. Ils cacheraient au monde entier leur apparence réelle : celle de lézards humanoïdes de deux mètres de haut.

Représentation de Reptilien tel que David Icke les imagine

Selon John Rhodes : des espèces terriennes

Selon John Rhodes*, l’origine des reptiliens n’est pas à chercher dans l’espace mais bien sur la Terre. Résultat d’une évolution parallèle des lézards, les reptiliens feraient partie des milliers d’espèces animales inconnues que l’être humain n’a pas encore découvert. Ils vivraient en Antarctique et dans des zones difficiles d’accès, mal connues de l’homme, ainsi que sous la terre, ce qui ferait d’eux des intraterrestres.

Selon lui, il existe au moins trois types de reptiliens :

  • LES REPTOÏDES, reptiles humanoïdes de 1m65 à 2m75. Dotés de longs bras à quatre doigts dont un pouce opposable et de petites griffes émoussées, ils n’ont ni tétons, ni nombril, ni lèvres : leur peau est recouverte d’écailles brun-vert, plus petites au niveau de leurs mains, de leur abdomen et de leur visage afin de permettre davantage de flexibilité. Leurs yeux aux pupilles verticales sont soit noirs soit blancs. Leurs oreilles ne sont que des trous et leur nez, deux fentes formant un « V ». Ils n’ont pas de pilosité, mais certains d’entre eux ont des épines sous le menton, similaires à celles de certains lézards dits « barbus ». Certains reptoïdes ont une queue et d’autre pas. Des informations plus détaillées sur l’anatomie des reptoïdes et notamment sur leurs parties génitales est disponible sur le site de John Rhodes, dont le lien est repris ci-dessous.

Les reptoïdes classiques, les Draco et un exemple d'hybride reptilien.

  • Les reptoïdes « Draco », plus grands (de 2,15 à 3,65 mètres) et moins souvent observés, seraient selon Rhodes plus haut placés dans la hiérarchie reptilienne. Ils se distinguent principalement des autres reptoïdes par le fait qu’ils ont des cornes, une corpulence plus athlétique et des ailes, composées de longs appendices osseux reliés par une peau tannée brun sombre, qui leur permettent de voler. Pour John Rhodes, le Mothman serait en fait un reptoïde draco : son cou replié vers le bas amènerait sa tête au niveau de son torse, ce qui cadre avec la position des yeux du mothman.

  • les Draco Prime semblent être au-dessus des Draco dans la hiérarchie reptilienne et s’en distinguent par leurs écailles de couleur blanche.

John Rhodes fait également allusion à l’existence de Petits Gris et d’ hybrides gris/reptiliens, se présentant sous la forme de reptiliens de petite taille à la tête et aux yeux disproportionnés.

Dale Russell et le dinosauroïde

En 1982, le paléontologue Dale Russell a imaginé en quoi les dinosaures auraient pu évoluer s’ils n’avaient pas connu une extinction massive, il y a 65 millions d’années. Pour Russell, une espèce telle que le troödon, un prédateur bipède au cerveau exceptionnellement grand doté de « doigts » semi-préhensiles, aurait pu évoluer en créature humanoïde.

Un Troödon et son descendant

Bien que proche en apparence de l’être humain, cette créature aurait conservé des caractéristiques de reptiles, que l’on retrouve chez les reptiliens de Icke ou de Rhodes, comme l’absence de glandes mammaires ou d’organes génitaux externes. Russell imaginait toutefois son dinosauroïde comme doté d’un nombril, la présence d’un placenta favorisant selon lui le développement d’un cerveau de grande taille.

Certains paléontologues ont cependant critiqué cette expérience de pensée, jugeant le dinosauroïde « trop humain ». Selon eux, un reptile intelligent descendant du Troödon aurait plus vraisemblablement conservé un corps plus proche de celui de son ancêtre, une queue, une posture plus horizontale et aurait plus vraisemblablement manipulé des objets avec son museau et ses pattes postérieures à la manière d’un oiseau plutôt qu’avec des mains comme celles dont Russell a doté son dinosauroïde. Le dinosauroïde est cependant utilisé comme argument par John Rhodes pour soutenir l’existence hypothétique de ses « reptoïdes ».

Origines

L’origine des spéculations sur l’existence des reptiliens est peut-être à chercher dans les nombreuses religions et mythes dans lesquels des lézards apparaissent. Ainsi, David Icke soutient que les nombreux reptiles et dragons qui occupent une place prépondérante dans les religions orientales ont été inspirés par les reptiliens, tandis que les autres religions ont été créées par les reptiliens eux-mêmes afin de manipuler les êtres humains plus aisément.

Les tablettes Sumériennes en argile, trouvées au milieu du XIXe siècle dans l’Irak actuel, racontent la même histoire. On estime qu’elles furent enterrées environ 2.000 ans avant J.-C., mais les faits qu’elles décrivent sont bien antérieurs à cette période. Les tablettes parlent d’une race de « dieux », venus d’un autre monde, qui apportèrent sur la planète des connaissances avancées et qui s’unirent aux humains pour créer une race hybride.

  Dans les tablettes, ces « dieux » sont appelés les « Annunakis », nom qui se traduit apparemment par: « ceux qui des cieux sont venus sur la terre ». Les anciens textes nous disent que les êtres hybrides – résultant de la fusion des gênes d’humains sélectionnés avec ceux des « dieux » – sont devenus les dirigeants des classes royales, surtout dans les anciens Proche et Moyen-Orient, dans ces hautes cultures avancées qu’étaient la région de Sumer (en Mésopotamie), Babylone, et l’Egypte. Mais cela s’est produit aussi partout ailleurs, notamment en Afrique noire..

 Partout où vous allez, les récits de la « race du serpent » dans les anciennes cultures sont tout simplement innombrables, et le serpent – le reptilien – symbolisme en relation avec les Annunakis et d’autres « dieux » similaires, est aussi largement répandu. Nous en avons un exemple dans la Bible avec le serpent dans le « Jardin d’Eden »: cette histoire est clairement issue des récits Sumériens, ainsi que celle de Moïse dans les joncs qui se racontait déjà à propos d’un roi Sumérien dont le règne se déroula bien avant la Bible.

*QUI EST DAVID ICKE ?

David Icke est un partisan du néo-évhémérisme et pense que le Nouveau Testament a été écrit par Lucius Calpurnius Piso et non par les apôtres du Christ. Il soutient que des lignées d’hybrides Reptiles humanoïdes pouvant adopter l’une et l’autre forme, les Reptiliens, dont l’origine serait l’ancienne Babylone, gouverneraient le monde en secret. Une théorie qui rappelle les scénarios des films : Conan le barbare, invasion Los Angeles ou la série V.
Ces créatures auraient pour ancêtres, outre des humains, les Annunakis, des reptiles qui rappeleraient les dragons de nos légendes.

* QUI EST JOHN RHODES ?

John Rhodes est un spécialiste concernant les Reptiliens, un pionnier, dont les enquêtes on conduit à la naissance d’un nouveau genre d’étude dans la communauté ufologique. Il a également mené des enquêtes concernant les cas de mutilation de bovins.

Publicités

Publié le 20 octobre 2011, dans Civilisations, et tagué , . Bookmarquez ce permalien. Commentaires fermés sur LES REPTILIENS.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :